Blog Integral Peche

Quel matériel pour la pêche bolognaise ?

18

Canne, moulinet, nylon, flotteur… Découvrez quel matériel utiliser pour pêcher à la bolognaise cet été.

Développée par les pêcheurs italiens, la pêche bolognaise est une des différentes techniques existantes pour pêcher au coup. Elle se pratique principalement en été, dans les rivières à courant régulier. Cette technique permet de pêcher plus loin que la pêche au coup traditionnelle. Elle permet ainsi de capturer des poissons de belles tailles, peu enclin à s’approcher du bord (comme les brèmes, les barbeaux ou encore les carpes de rivières).

Pour pratiquer la pêche bolognaise, un matériel spécifique est nécessaire. En effet, vous aurez besoin d’une canne dédiée munie d’un moulinet. Zoom sur les spécificités de ce matériel.

Quelle canne choisir pour la pêche bolognaise ?

La pêche à la bolognaise se pratique avec une canne dite « bolognaise ». Il s’agit d’une grande canne télescopique. Elle est équipée d’anneaux surélevés et munie d’un moulinet. La longueur des cannes bolognaises varie de 5 à 8 mètres et proposent différentes puissances (de 10 à 30 grammes).

Le choix de la canne dépend du type de cours d’eau, mais aussi de la puissance des poissons. Par exemple, les plus grosses puissances sont destinées aux grosses carpes et barbeaux.

Pêche bolognaise : quel moulinet et nylon choisir ?

Pour la pêche à la bolognaise, vous devez choisir un modèle de moulinet (capoté ou non) à frein progressif avec une vitesse de récupération plutôt rapide, entre 70 et 80 centimètres par tour de manivelle.

Côté nylon, choisissez un diamètre assez fin, de 12 à 18/100. Portez également une attention particulière à la résistance du fil de pêche, qui doit être choisi en fonction du type de poisson que vous souhaitez pêcher à la bolognaise.

Quels flotteurs choisir ?

Pour la pêche bolognaise, utilisez un flotteur destiné à la pêche au coup classique maintenu en deux points. Les formes et les tailles varient selon le lieu de pêche, le vent et la puissance du courant. Ainsi, préférez :

  • Les flotteurs trapus si vous pêchez dans des eaux où le courant est moyen ou soutenu (comme les canaux et les rivières) ;
  • Les flotteurs effilés, plus sensibles grâce à leur faible portance à la surface de l’eau, si vous pêchez dans des zones où le courant est nul ou faible (comme les lacs et les étangs).

Vous trouverez le matériel pour la pêche à la bolognaise sur notre boutique en ligne : www.integralpeche.fr. Contactez-nous pour obtenir des conseils et des renseignements sur nos produits !

Quel matériel pour pêcher à l’anglaise ?

Canne, moulinet, flotteur, ligne… Pour la pêche à l’anglaise, il est nécessaire d’avoir un matériel particulier. Zoom sur les spécificités de ce matériel, indispensable pour pêcher de belles prises.

La pêche à l’anglaise est une des différentes techniques existantes pour pêcher au coup. Arrivée en France dans les années 70, cette technique se pratique idéalement dans des plans d’eaux calmes ou dans des rivières à courants peu rapides. Appréciée des pêcheurs confirmés, elle permet d’atteindre de longues distances (entre 15 et 30 mètres), et donc de capturer toutes sortes de poissons : aussi bien du « petit blanc » (gardons, rotengles) que des plus gros poissons (carpes, tanches, brèmes).

Pour pratiquer la pêche à l’anglaise un matériel spécifique est nécessaire. En effet, vous aurez besoin d’une canne dédiée munie d’un moulinet et d’un flotteur appelé « waggler ». Zoom sur les spécificités de ce matériel.

Quelle canne choisir pour la pêche à l’anglaise ?

La pêche à l’anglaise se pratique avec une canne dédiée : les cannes anglaises. Généralement, ces cannes mesurent entre 3.30 et 4.20 mètres. Elles sont constituées de 3 éléments et équipées de nombreux anneaux surélevés (en moyenne une douzaine). Ces anneaux permettent de limiter les frottements du nylon sur la canne et de lancer ainsi à grande distance.  

Lors de votre achat, privilégiez une canne anglaise légère, pour pouvoir animer la ligne facilement. Aussi, portez une attention particulière à la puissance de la canne (à choisir en fonction du flotteur) et à son action (pointe, parabolique, semi-parabolique, etc.).

Quel moulinet pour la pêche à l’anglaise ?

Pour la pêche à l’anglaise, vous devez choisir un modèle de moulinet à rotation douce pour plus de confort en action de pêche. Sachez que la qualité de cette rotation est liée au nombre de roulements. La récupération du fil est également importante lors de l’achat du moulinet. Pour la pêche à l’anglaise une récupération de 75 à 80 centimètres par tour de manivelle est idéale. Enfin, privilégiez un frein progressif pour faciliter le combat avec le poisson.

Quels flotteurs choisir ?

Coté flotteur, c’est le waggler qui est le plus utilisé pour la pêche à l’anglaise. Il a la particularité d’être fixé à la ligne uniquement par son extrémité inférieure. Il peut être monté en fixe ou au coulissant.

Il en existe différentes catégories de wagglers :

  • Le waggler à bulbe pour les pêches à grandes distances ;
  • Le waggler droit pour les distances modérées et les pêches à l’agrainage ;
  • Le pellet waggler, plutôt destiné à la pêche des carpes.

Quelle ligne choisir ?

Côté ligne, sachez qu’il existe des nylons destinés à la pêche au coup à l’anglaise. Ils ont une élasticité permettant une réaction rapide sur les ferrages et une densité permettant de couler facilement lors du lancer. Il est généralement conseillé de d’utiliser un diamètre de fil de 11 à 16/100. Aussi, il existe également des hameçons classiques ou montés destinés à la pêche à l’anglaise, n’hésitez pas à les privilégier.

Vous trouverez le matériel pour la pêche à l’anglaise sur notre boutique en ligne : www.integralpeche.fr. Contactez-nous pour obtenir des conseils et des renseignements sur nos produits !

La technique de la pêche au coup

Qu’est-ce que la pêche au coup ? Quelles sont les différentes étapes techniques pour pêcher au coup ? Quels matériels utiliser ? Les réponses.

La pêche au coup : c’est quoi exactement ?

La pêche au coup comprend l’ensemble des techniques de pêche qui visent à ferrer le poisson dans une zone déterminée. L’idée est d’attirer le poisson dans cette zone et de le maintenir à l’aide d’une amorce. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le matériel utilisé pour ce type de pêche qui lui donne son nom, mais bien cette zone de pêche, appelée « Coup » par les passionnés. Très appréciée par les débutants comme par les confirmés, la pêche au coup est la pêche plus populaire en Europe.

Quel matériel utiliser pour la pêche au coup ?

À noter : il existe plusieurs techniques pour pêcher au coup (à l’anglaise, à la bolognaise, au feeder ou à la grande canne ou canne à emboîtement). Mais, le plus souvent, les pêcheurs utilisent une canne à pêche télescopique simple, sans moulinet.

Ainsi, pour la pêche au coup dite « traditionnelle », vous aurez besoin du matériel suivant :

  • Une canne au coup télescopique : 3 à 6 mètres de long ;
  • Une ligne montée : il en existe des toutes faites. Sinon, vous aurez besoin de flotteurs, de fil en nylon, de plombs et d’hameçons pour monter vous-même votre ligne ;
  • Une sonde ;
  • De l’amorce ;
  • Des esches (des appâts d’origine animale ou végétale que l’on fixe à l’hameçon d’une ligne).

D’autres accessoires s’avèrent indispensables pour la pêche au coup, comme :

  • Un repose-canne ;
  • Une chaise ;
  • Un seau pour préparer et garder l’amorce ;
  • Un dégorgeoir pour décrocher le poisson ;
  • Une bourriche pour préserver vos poissons le temps de la pêche ;
  • Une épuisette pour vous aider sur un gros poisson ;
  • Une carte de pêche.

Vous trouverez le matériel de pêche dont vous avez besoin sur notre boutique en ligne : www.integralpeche.fr. Contactez-nous pour obtenir des conseils et des renseignements sur nos produits !

La technique de la pêche au coup étape par étape

Première étape de la pêche au coup : le sondage

Le sondage du poste de pêche vise à déterminer la profondeur et la nature du fond de l’eau (herbe, vase, obstacles, etc.). Cette première étape est indispensable pour ajuster la longueur de votre ligne.

En pratique, le sondage se fait à l’aide d’une sonde (un plomb en forme de pince) placée sur l’hameçon et qui va entraîner ce dernier au fond de l’eau. Pour connaître la profondeur de l’eau, le sondage doit s’effectuer de façon verticale, sous le bout de la canne.

Comment bien sonder l’eau ?

  • Si le flotteur est sous l’eau : votre fond (la distance entre le flotteur et l’hameçon) est trop court ;
  • Si le flotteur est incliné : cela signifie que la sonde n’est pas dans l’axe verticale ;
  • Si le flotteur est parfaitement équilibré à la surface de l’eau : méfiez-vous, vous avez peut-être un peu trop de fond ;
  • Si le flotteur est immergé jusqu’à la moitié de l’antenne : c’est parfait, vous connaissez le fond exact de l’eau !

Ensuite, en fonction des poissons recherchés, du courant et des conditions climatiques, il vous suffit d’ajuster votre ligne.

Deuxième étape de la pêche au coup : l’amorçage

Une fois la zone de pêche sondée, mettez votre ligne à l’eau (avec une esche) et procédez à l’amorçage. Cette seconde étape vise à attirer et maintenir les poissons dans votre zone de pêche. Pour cela, utilisez une amorce. Il s’agit d’un appât jeté dans l’eau qui s’y diffuse. Vous pouvez créer votre amorce vous-même ou en acheter prête à l’emploi dans le commerce. Le tout est de lancer assez d’amorces sur le coup et au même endroit (près de votre hameçon).

Troisième étape de la pêche au coup : la touche

Patience, un poisson devrait se laisser tenter par votre esche… Lorsque c’est le cas, le flotteur bouge : c’est la fameuse touche. Pour savoir si la touche est bonne soyez attentif aux mouvements du flotteur :

  • Si le flotteur remue ou s’enfonce sur des petits à-coups : le poisson est en train de goûter votre appât… Attendez un peu avant de ferrer le poisson, il ne s’est pas encore fait prendre ;
  • Si le flotteur coule totalement : le poisson a attrapé l’esche, vous devez le ferrer ;
  • Si le flotteur ne coule pas, mais se déplace latéralement sur plusieurs centimètres : le poisson se déplace avec l’esche : ferrez-le également ;
  • Si le flotteur se met à plat sur l’eau : le poisson à attraper l’esche et remonte avec vers la surface : vous pouvez le ferrer aussi.

Quatrième étape de la pêche au coup : le ferrage

Lorsque vous avez une touche, il convient alors de ferrer le poisson. Le ferrage est le geste qui vise à vérifier que l’hameçon est bien planté dans la bouche du poisson. Il s’agit de tirer verticalement avec la canne. Ce geste doit être rapide, sans être brutal. Un peu de pratique est nécessaire pour maîtriser le ferrage.

Lorsque que vous sentez que le poisson est bien accroché, ramenez-le vers le bord tout en le laissant dans l’eau (en faisant juste sortir sa bouche de l’eau). Utilisez une épuisette pour récupérer les gros poissons. Ensuite, attrapez votre poisson à la main et décrochez-le. N’hésitez pas à utiliser un dégorgeoir, si l’hameçon est planté trop profond. Enfin, placez votre prise dans une bourriche le temps de continuer votre pêche au coup !

La pêche du bar (ou loup de mer) en hiver

Espèce noble et très appréciée, le bar (ou loup de mer) se pêche toute l’année. Mais, en hiver, certaines techniques et fonds sont plus adaptés à sa capture. On vous explique comment pêcher le bar durant la saison hivernale.

Pêche au bar en hiver : connaître le comportement du poisson est essentiel

Le bar, aussi appelé loup de mer ou bar commun, est un carnassier qui se pêche en France, dans l’océan Atlantique ou en mer Méditerranée. Il aime se cacher et chasser dans les eaux oxygénées et agitées. En général, il parcourt les fonds peu profonds (à 5 mètres environ), mais il est possible d’en trouver entre 1 et 2 mètres. Il préfère également les fonds rocheux ou sableux, évitant ceux vaseux.

Dans son milieu naturel, le bar se nourrit de différentes proies (crabes mous, crevettes, lançons, tacauds, sprats, etc.). S’il apprécie d’avantages certaines proies, il n’est pourtant pas difficile. Ce poisson se nourrit surtout de ce qu’il trouve en fonction des saisons. Curieux, nerveux et vorace, son caractère bien trempé fait le bonheur des pêcheurs qui aiment le ferrer.

Pour le bar, l’hiver signe la saison du frai (autrement dit, la saison de la ponte). Ainsi, entre les mois de décembre et mars-avril, les bancs s’éloignent des côtes. Mais, certains spécimens peuvent rester près des côtes.

Une fois le comportement du bar étudié, à vous de trouver les bons endroits pour pêcher au bord de l’eau ou en bateau. Scrutez la météo et l’état de la mer et adaptez la longueur de fond.

A noter : en hiver, relâchez les femelles remplies d’œufs et les bars non-maillés pour garantir la pérennité de l’espèce. Certaines zones de pêche appliquent le « no-kill », renseignez-vous. Quoi qu’il en soit, cela n’enlève rien au plaisir de la pêche.

Pêche au bar en hiver : quelles techniques utiliser ?

Il existe différentes techniques de pêche au bar :

En hiver, de nombreux pêcheurs privilégient la pêche aux leurres au large. Cette technique de pêche est particulièrement active. Elle nécessite des déplacements afin d’attraper le poisson. Pour cela, vous allez avoir besoin d’une canne, d’un moulinet, d’un nylon et bien évidemment d’un leurre. Le but étant de stimuler l’instinct chasseur du poisson.

Quels types de leurres choisir ?

Pour pêcher le bar aux leurres, vous pouvez utiliser des leurres souples ou solides. Là encore, les leurres s’adaptent au comportement de l’animal. Par exemple, lorsque le poisson se déplace, il peut nager à des profondeurs adaptées aux leurres de surface. En revanche, lorsque le poisson chasse, il faut privilégiez des leurres souples de type shad ou poissons nageurs pour atteindre le fond et stimuler le poisson.

Pour choisir vos leurres prenez en compte différents critères :

  • Les vibrations ;
  • La taille ;
  • Les couleurs ;
  • La nage ;
  • L’odeur (simulé par des attractants).

En effet, ces différents « signaux » sont reçus par le bar et lui permette d’identifier une proie. Sans ces signaux, le poisson ne mordra pas.

De même, les animations du leurre sont indispensables pour mimer le mouvement de la proie. Testez des récupérations rapides et lentes, faites des pauses plus ou moins longues.

Il n’existe pas de règles précises pour pêcher le bar. Essayez différentes couleurs et types de leurres pour explorer les différentes couches d’eau.

Chez Intégral Pêche, nous disposons d’une large gamme de leurres pour la pêche au bar. Rendez-vous sur notre site pour découvrir nos produits. Aussi, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations sur la pêche au ber ou loup de mer en hiver.

Pêche à pied : les équipements indispensables

Pour attraper des coquillages ou crustacés mieux vaut avoir les bons équipements. Griffe, panier, épuisette… Découvrez les outils indispensables pour la pêche à pied.

Quels outils pour pêcher à pied les crevettes ?

Pour pêcher les crevettes roses ou grises il est nécessaire d’avoir un équipement spécifique :

  • Le havenet : il s’agit d’une épuisette avec un filet de forme ovale. Il s’utilise pour pêcher à pieds dans les marres ou dans l’eau. Pour cela, le pêcheur immerge le havenet et le remonte le long des algues ou des rochers, où les bouquets aiment se cacher.
  • La bichette : contrairement au havenet, la bichette est en forme de demi-cercle. L’un de ses bords est droit et permet au pêcheur de pousser son filet dans l’eau pour racler le sable, lieu de prédilection des crevettes grise à marée basse. Ce type d’équipement est souvent utilisé par des pêcheurs plus confirmés.

Quels outils pour pêcher les huîtres ?

Les huîtres se pêchent à la main ou, si elles sont bien fixées à leur support, à l’aide d’un outil spécifique :

  • Le piochon (ou piolet) : cet outil, qui ressemble à une pioche, permet de décoller les huîtres des rochers facilement. Pour l’utiliser, il faut frapper sous la coquille pour la décoller ou faire levier. Mais attention de ne pas briser la coquille.
  • Le détroquoir (ou démanchoir) : cet outil est spécialement conçu pour pêcher les huîtres. Il sert à les décrocher des rochers, mais aussi à les détroquer. C’est-à-dire à détacher les huîtres quand elles sont collées entres elles.

On rappelle que la taille du piolet est réglementée pour la pêche aux huîtres. Renseignez-vous.

Quels outils pour pêcher le crabe ?

Pour débusquer les crabes cachés dans les trous ou sous les rochers, les pêcheurs s’aident d’un crochet. Il s’agit d’une longue tige en métal dont l’extrémité est en forme de crochet. Il permet de fouiller dans le sable ou dans les trous pour faire sortir le crabe de sa cachette.

Les outils pour la pêche à pied des coquillages

Pour pêcher des coquillages enfouis dans le sable, comme les palourdes, les praires ou les coques, vous pouvez utiliser :

  • Une griffe ou un râteau : les pêcheurs à pied les utilisent pour gratter le sable et sortir le coquillage (palourdes, coques, praires). Ces outils sont faciles à utiliser pour les débutants.
  • Un couteau à palourde : il s’utilise pour pêcher les palourdes ou les praires. Le pêcheur plante son couteau dans le sable puis fait levier pour retirer le sable et débusquer le coquillage.

A noter : les dimensions de ces outils doivent respecter la réglementation.

Comment ramener sa pêche ?

Pour transporter votre récolte, il est indispensable d’avoir un panier. Il en existe plusieurs sortes :

  • Le panier en osier (aussi appelé musette) : il peut se porter en bandoulière et résiste à l’eau de mer. Son clapet permet de garder sa pêche à l’ombre du soleil, mais aussi d’éviter que les crabes ne s’échappent.
  • Le panier à coquillages en acier galvanisé : il a l’avantage de résister à l’eau de mer et de permettre d’égoutter et rincer facilement ses coquillages à l’eau de mer après la pêche.

Pendant la pêche à pied, il est conseillé de laver régulièrement les coquillages à l’eau de mer. Si vous utilisez un sceau classique, pensez à mettre de l’eau de mer dedans pour les conserver plus longtemps. Aussi, les coquillages doivent être conservés au frais, pour cela, mettez des algues ou un peu de goémon dans votre panier. Enfin, vos prises doivent être consommées rapidement (le jour-même de préférence).

Quels vêtements pour la pêche à pied ?

  • Des gants : ils sont utiles essentiellement pour pêcher les huîtres, afin de protéger vos mains des coquilles et autres rochers tranchants.
  • Des bottes : elles sont indispensables pour garder les pieds au sec lorsque vous pêchez dans l’eau.
  • Des vêtements adaptés à la météo : optez pour un coupe-vent et un pull s’il fait froid, ou pour un chapeau et un tee-shirt s’il fait chaud.

Sur notre site www.integralpeche.fr, vous trouverez les équipements dont vous avez besoin pour la pêche à pied.

Pêche 2019 : dates d’ouverture et fermeture

Quand peut-on pêcher ? Quelles sont les dates d’ouverture et de fermeture de la pêche en eau douce ? Quelles sont les périodes spécifiques à la pêche à la truite, au brochet, à l’ombre commun et aux salmonidés ? Retrouvez les dates de pêche 2019.

La pêche : une réglementation stricte

Carte de pêche, équipements, nombre et taille des captures, lieux, horaires et périodes de pêche… En France, la pratique de la pêche est très réglementée. Le but ? Protéger les poissons sauvages, qui sont une ressource naturelle et préserver les milieux aquatiques.

A noter : Les règles de pêche sont fixées au niveau national, mais peuvent être modifiées au niveau départemental. Pour connaître la réglementation en vigueur dans votre secteur de pêche, renseignez auprès de la mairie, des associations agréées, de la fédération de pêche ou des détaillants et vendeurs d’articles de pêche.

Quand peut-on pêcher ?

En eau douce, la pêche peut s’exercer :

  • A partir d’une demi-heure avant le lever du soleil ;
  • Jusqu’à une demi-heure après le coucher du soleil ;
  • La pêche de nuit est donc interdite (sauf arrêté préfectoral).

Il existe également des dates d’ouverture et de fermeture spécifiques. Cela concerne principalement les eaux douces dites de 1ère catégorie. Il s’agit des cours d’eau principalement peuplés de truites.

Pour les eaux douces de 2ème catégorie (regroupant tous les autres cours d’eau, canaux et plans d’eau), la pêche est autorisée toute l’année. Sauf pour la pêche au brochet, de l’ombre commun et des salmonidés.

En mer, la pêche peut s’exercer toute l’année, de jour comme de nuit. Exception faites de la pêche sous-marine qui est interdite entre le coucher et le lever du soleil.

Les dates 2019 de la pêche à la truite

Pour les eaux douces de 1ère catégorie les dates d’ouverture et de fermeture de la pêche sont les mêmes dans toute la France :

  • Le 2e samedi de mars pour l’ouverture, soit le samedi 9 mars 2019 ;
  • Le 3e dimanche de septembre pour la fermeture, soit le dimanche 15 septembre 2019.

Les dates 2019 de la pêche au brochet

La pêche au brochet est désormais autorisée, dans toute la France, du 1er mai au dernier dimanche de janvier de l’année suivante, soit du mercredi 1er mai 2019 au dimanche 26 janvier 2020.

Les dates 2019 de la pêche de l’ombre

La pêche à l’ombre commun, quant à elle, est autorisée du 3e samedi de mai au 31 décembre inclus, soit à partir du 18 mai 2019 et jusqu’au mardi 31 décembre 2019.

Les dates 2019 de la pêche des salmonidés

Concernant la pêche des salmonidés, qui comprend :

  • La truite fario ;
  • La truite arc-en-ciel ;
  • L’omble et l’omble chevalier ;
  • Le cristivomer.

Ce type de pêche est autorisé dans les cours d’eau ou parties de cours d’eau classés à saumon ou à truite de mer, du 2e samedi de mars au 3e dimanche de septembre, soit du 9 mars au 15 septembre 2019.

La pêche à la carpe de nuit

Si la pêche de nuit est, en principe, interdite, il existe une exception pour la carpe. En effet, un arrêté préfectoral peut l’autoriser de nuit (sous certaines conditions).

La pêche à l’anguille jaune

La pêche de l’anguille jaune est autorisée pendant une période définie par arrêté ministériel en fonction du secteur. Renseignez-vous auprès d’une association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique ou de la mairie.

La pêche des poissons migrateurs

Saumon atlantique, grande alose, alose feinte, lamproie marine, lamproie fluviatile et truite de mer… Ces poissons ont la particularité de vivre dans les eaux salées et de migrer vers une eau douce pour se reproduire. Ces espèces sont particulièrement vulnérables lorsqu’ils remontent ou descendent les cours d’eau. C’est pourquoi des dispositions particulières en matière de pêche sont mises en place. Ainsi, il faut vous renseigner auprès d’une association agréée ou de la mairie pour la pêche des poissons migrateurs.

Préparez votre saison de pêche 2019 en découvrant tous nos produits en ligne.

Comment entretenir son matériel de pêche ?

Pour des parties de pêche réussies, l’entretien de son matériel est indispensable. Intégral Pêche vous explique comment conserver un matériel en bon état. Suivez le guide.

L’entretien de la canne

• Rincez à l’eau douce votre canne après chaque utilisation (ne pas mettre d’eau dans les emmanchements) ;
• Pour nettoyer la canne, utilisez un savon doux type savon noir dilué dans une grande bassine d’eau ;
• Séchez à l’aide d’un chiffon doux ;
• Laissez sécher toute une nuit votre canne dans une pièce à température tempérée ;
• Nettoyez les emmanchements avec un lubrifiant à base de téflon, puis enlevez l’excédent avec un papier absorbant ;
• Nettoyez les anneaux à l’aide d’une brosse souple légèrement humidifiée et séchez-les avec un chiffon doux ;
• Nettoyez la poignée avec de l’eau chaude et du savon puis séchez-la avec un chiffon doux ;
• Les pommeaux en caoutchouc s’entretiennent avec un peu de silicone environ deux fois par an.

L’entretien du moulinet

• Rincez à l’eau douce votre fil après chaque utilisation, notamment quand il est encore humide, les impuretés n’ont pas eu le temps de s’y coller, cela facilite l’opération ;
• Entretenez votre galet de pick-up avec un peu d’huile spéciale moulinet ;
• La poignée s’entretient avec une goutte d’huile à répartir dans l’axe ;
• Rincez et séchez (à l’aide d’un chiffon microfibres) le mécanisme interne du moulinet après chaque utilisation ;
• Pensez à enlever la tresse de votre bobine, notamment en cas de pêche en mer, l’eau salée provoque sa corrosion ;
• Pensez à changer régulièrement vos tresses ;
• Conservez votre moulinet et vos bobines à l’abris de la lumière et du soleil ;
• Entretenez la glisse de votre fil et rallongez sa durée de vie en pulvérisant de la silicone spéciale pêche ;
• Pensez à vérifier régulièrement le nœud d’arraché.

L’entretien des montages

• Rincez à l’eau claire après chaque utilisation ;
• Regardez régulièrement l’ensemble des mécanismes et l’état de la colle qui tient les perles ;
• Refaire les bas de ligne régulièrement ;

L’entretien des leurres

• Utilisez de la glue liquide sur vos leurres en bois abîmés ;
• Utilisez de la résine transparente pour vos leurres troués ;
• N’hésitez pas à remettre un peu de peinture sur le corps de vos leurres en plastique ou résine ;
• Les bavettes en fer peuvent être réparées grâce à une pince ;
• Si vos anneaux brisés sont rouillés ou oxydés il est nécessaire de les changer ;
• Affutez régulièrement vos hameçons (de la pointe vers la courbure) avec une pierre au diamant adapté à la taille de votre hameçon ;
• Si votre hameçon est tordu ou rouillé, il est nécessaire d’en acheter un nouveau ;
• Les leurres souples sont fragiles, s’ils sont trop abîmés, il faut les changer ;
• Entretenez vos cuillers et spinnerbaits grâce à une éponge à récurer et un produit à lustrer ;
• Réparez la base des spinnerbaits à l’aide de peinture et de vernis.

A quelle fréquence entretenir son matériel de pêche ?

Après chaque sortie

• Rincez le fil ;
• Vérifiez le nœud d’arraché ;
• Vérifiez l’état du fil ;
• Nettoyez les emmanchements ;
• Nettoyez la canne et vaporisez du WD-40 ;
• Vaporisez de la silicone avant utilisation de la bobine ;
• Nettoyez l’extérieur du moulinet ;
• Nettoyez les bagues des anneaux ;
• Vérifiez les montages ;
• Rincez les montages ;
• Changement du fil des bas de ligne ;
• Changement des hameçons (si beaucoup de prises).

Toutes les 3 à 5 sorties

• Refaire le nœud d’arraché ;
• Vaporisez du WD-40 sur les anneaux ;
• Lubrifiez les roulements du moulinent.

Une fois par an

• Démontez le galet et lubrifiez le roulement du moulinet.
Pensez également à changer le fil dès qu’il montre des signes de vieillissement.

Bonne pêche !

La pêche en bord de mer Méditerranée

Vous avez décidé de pratiquer la pêche en mer Méditerranée ? Intégral Pêche vous donne quelques conseils pour une partie de pêche réussie !

Les techniques de pêche en bord de mer

La pêche au flotteur

Habituellement appréciée en eau douce, la pêche au flotteur est également possible en bord de mer. Les lieux tels que les ports ou le long des quais sont à privilégier pour leurs eaux calmes. Idéale pour les débutants, la pêche au flotteur ne nécessite pas trop de matériel. Vous pouvez choisir une canne à coup télescopique ou opter pour l’ensemble canne + moulinet au posé en laissant le flotteur dériver dans l’eau. Si vous souhaitez pêcher de gros poissons, privilégiez un bas de ligne en 30/100. Un fil de 35/100 sera parfait pour votre corps de ligne.

La pêche au posé

Contrairement aux idées reçues, la pêche au posé est accessible aux débutants. En bord de mer cette technique est très appréciée des pêcheurs réguliers. Munissez-vous d’une canne longue de 3 à 4 mètres. Calez-la à l’aide d’une pique ou d’un support de canne. Si vous souhaitez pêcher des sparidés, on vous conseille des hameçons ronds et « fort de fer » pour résister aux mâchoires puissantes de ces poissons. Notez aussi que la longueur du bas de ligne peut varier de 1 à 1,5m pour rester discret.

La pêche en surfcasting

Cette pêche nécessite un peu d’entraînements ! Pratiquée le long de la plage elle offre de superbes sensations. L’équipement est constitué d’une canne longue (4 à 5 mètres), et des piques. En Mer Méditerranée l’équipement est light, le poids utilisé est de 60-120 grammes.

La pêche aux leurres

Depuis le bord de mer, la pêche aux leurres consiste à lancer et ramener des leurres. Pour cette technique de pêche, on vous conseille des cannes entre 2,40 et 3m de long. Ainsi, vous pourrez lancer suffisamment loin vos leurres. N’oubliez pas votre moulinet en privilégiant une taille 3000.

Notre astuce : utilisez une tresse pour contrôler vos leurres et obtenir une meilleure détection des touches.

Le rockfishing

Le rockfishing est une autre technique de la pêche aux leurres. Pour encore plus de discrétion le matériel utilisé est ultra léger : des cannes au long scion, des leurres miniatures, tresse fine, taille du moulinet entre 1000 et 2000.

Les poissons à pêcher en Méditerranée

Pour le plus grand bonheur des pêcheurs, il y a de nombreux poissons en Mer Méditerranée. Parmi les plus connus, on retrouve :

  • Blades
  • Bogues
  • Castagnoles
  • Dorade
  • Rascassess
  • Girelles
  • Gobies
  • Poisson lézard
  • Bar ou loup
  • Mandoules
  • Marbrés
  • Muge lippu
  • Sars
  • Pagres
  • Pataclets
  • Saint-Pierre
  • Sardines
  • Bonites

Pêche en bord de mer : les appâts les plus utilisés

Les appâts diffèrent en fonction de la technique de pêche de bord de mer choisie.

Pour la pêche au flotteur, vous avez le choix : dure, demi-dure, crevette, crabe ou encore petits poissons comme un lançon. A savoir, les poissons de mer ont souvent une grosse gueule, n’hésitez pas à proposer de grosse bouchée.

Pour la pêche au posé, vous pouvez utiliser des appâts de toutes sortes : crabes, vers marins, ou des moules, pour attirer les dorades royales notamment.  

Pour la pêche en surfcasting, de nombreux appâts sont efficaces. En fonction de ce que vous souhaitez pêcher, les appâts seront différents. Vous pouvez choisir des vers, des petits poissons comme le lançon ou l’éperlan, des pieuvres des seiches ou encore des calmars.

Pour la pêche aux leurres, privilégiez un leurre souple type shad, un poisson nageur, ou encore une cuillère.

Et pour le rockfishing, les leurres miniatures fonctionnent très bien. Misez sur des petits leurres souples type Shad ou Delalande.

Pêche du bord de mer : quelques règles de sécurité

Avant de commencer votre partie de pêche, renseignez-vous sur la météo du jour et l’état de la mer. Soyez également vigilants face aux vagues. En bord de mer, ces dernières sont particulièrement violentes et peuvent frapper la côte entre 3 et 4 mètres plus haut que la normale ! Attention aussi aux trous d’eau et aux baïnes qui peuvent faire dériver une personne à plusieurs centaines de mètres de l’endroit où elle est tombée… Mieux vaut pécher à plusieurs pour un maximum de sécurité, notamment la nuit. N’oubliez pas de vous équiper correctement : chaussures, vêtements chauds, waders, sans oublier les bouteilles d’eau pour vous hydrater.  

Vous trouverez tous le matériel dont vous aurez besoin pour la pêche en bord de mer dans notre boutique en ligne. Bonne pêche !

Quel matériel pour la pêche aux leurres ?

La pêche aux leurres des carnassiers est une technique active. Elle nécessite des déplacements et un bon équipement pour approcher au plus près les poissons. Rappelez-vous, le but étant de stimuler l’instinct de chasseur du poisson.

Pour vous aider à vous y retrouver face à l’offre de produits de pêche très importante, nous vous conseillerons sur le matériel à choisir.

 

Les cannes

Il existe une multitude de cannes spécifiques pour toutes les pêches. Parmi la pêche aux leurres, deux catégories principales se distinguent :

Les cannes casting : les anneaux et le moulinet à tambour tournant sont placés sur le dessus du blank (partie en fibre de carbone de la canne) grâce à un porte moulinet spécifique. Nous vous conseillons si possible des cannes monobrins avec un blank à une action rapide pour une meilleure détection des touches et de votre leurre.

Ce type de cannes convient pour la majorité des pêches exception faite des pêches légères où une canne spinning sera plus adaptée.

canne casting Daiwa ProRex

Les cannes spinning : les anneaux et le moulinet à tambour fixe sont placés sous le blank. Ce type de canne reste à ce jour le plus répandu en Europe, elle convient particulièrement bien aux débutants. Vous pourrez trouver un choix énorme avec des cannes parfaitement adaptées à chaque type de pêche aux leurres.

Les longueurs de canne à utiliser varient en fonction des techniques et des lieux de pêche.

En règle générale on utilisera une canne d’une longueur supérieure à 2.40m pour les pêches du bord permettant des lancers plus lointain et on privilégiera des cannes de 2.40m et moins pour les pêches en bateau ou en float tube.

La puissance aussi détermine le choix de la canne. Le grammage de la canne, appelé puissance de lancer (casting weight) est très important car il permet de lancer des leurres avec efficacité dans une gamme de poids préconisé sur les cannes. Par exemple CW : 10-30g

Bien choisir son moulinet

Après la canne, vous aurez besoin d’un moulinet. Selon le type de canne, ce ne sera pas le même moulinet.

Si vous souhaitez pêcher avec une canne casting le choix du moulinet est primordial. Il vous faudra donc un moulinet à tambour tournant communément appelé moulinet baitcasting. Ce type de moulinets de par sa conception permet d’avoir des frottements moins important lors des lancers et améliore donc les distances et la précision. Ces moulinets sont réputés pour leur excellent frein. Si vous débutez avec ce type de moulinet nous vous conseillons de prendre un peu de temps pour vous adapter à  son utilisation en vous entraînant à lancer 2 ou 3 heures avant d’attaquer une partie de pêche. Ceci vous évitera quelques malencontreuses perruques en pleine action de pêche.

Pour pêcher avec une canne spinning il vous faudra un moulinet à tambour fixe. La bobine est fixe, c’est le fil qui s’entoure autour d’elle par les mouvements rotatifs actionnés par le pêcheur avec la manivelle. Ce moulinet est réputé pour être facile d’emploi. Il faudra bien entendu adapter sa taille en fonction de la canne.

 

Le corps de ligne

Le corps de ligne est un composant essentiel, tout un tas de paramètres doivent être pris en compte afin de déterminer le plus adéquat.

Le nylon est le fil le plus utilisé par les pêcheurs. Si vous souhaitez vous orienter vers ce type de fil, choisissez en un de très bonne qualité avec une taille de 30/100. Ainsi, il se détériorera moins vite. Nous vous recommandons de prendre un nylon qui résiste bien à l’abrasion et aux nœuds.

Les tresses offrent des avantages que le nylon n’a pas. La résistance est trois fois supérieure à diamètre équivalent. L’élasticité est quasi nulle pour une tresse, ce qui permet de mieux ressentir les touches et ainsi, de donner une nage plus vraie et plus vive à son leurre.

Le fluorocarbone est généralement utilisé comme bas de ligne. C’est un fil invisible dans l’eau puisque sa réfraction de la lumière est semblable à celle de l’eau.

 

Les leurres

Après avoir choisi minutieusement votre matériel, il vous faudra maintenant vous équiper de leurres. Il existe un large choix de leurres (souples, durs, cuiller…).

Ne vous arrêtez pas à un seul type de leurre, les poissons sont d’humeur changeante. Il faut également s’adapter aux conditions météorologiques.

Quelques astuces que vous pouvez suivre :

  • Les leurres de couleurs seront plus efficaces en basse luminosité tandis que ceux translucides le seront par temps ensoleillé.
  • Si l’eau se trouve être trouble, tremper vos leurres dans l’attractant. Grâce aux odeurs, les poissons sauront se guider.
  • Si l’eau est encore froide, faites des animations lentes avec votre leurre. A contrario, si l’eau est déjà chaude, les mouvements rapides seront les plus efficaces.

Leurres

Pour finir, n’oubliez pas d’acheter votre carte de pêche. Vous avez le choix de la prendre soit chez les dépositaires traditionnelles soit en ligne.

La carte de pêche

Carte de pêche 2017

Le permis de pêche est obligatoire pour pêcher en France. Sans carte, vous vous exposez à une amende de 450 euros en cas de contrôle.

La procédure d’obtention est très simple. Vous pouvez l’acheter auprès d’une association ou d’un revendeur ou en ligne sur le site cartedepeche.fr.

Il existe différentes carte de pêche. Elles sont généralement valables pour l’année mais il est possible d’avoir une carte pour la journée.

Récapitulatif des cartes de pêche

La carte de pêche est personnelle, elle ne peut être cédée. Une photographie de la personne doit figurer sur la carte.

La carte permet de pêcher sur tous les territoires de l’association agréée à laquelle vous avez adhéré.

De nombreuses associations et fédérations de pêche ont mis en commun leurs territoires pour faciliter les formalités d’adhésion, il s’agit de la réciprocité.

les accords réciprocitaires

Source de l’image : www.cartedepeche.fr/246-la-reciprocite.htm

N’hésitez pas à vous rapprocher d’une association pour connaitre les groupements réciprocitaires.